media news room logo dark
Que signifie “être fade up” ou “je suis fade up”?

Que signifie “être fade up” ou “je suis fade up”?

L’expression “être fade up” ou “je suis fade up” s’est répandue comme une traînée de poudre dans le langage courant depuis 2022, notamment chez les jeunes. Mais que signifie réellement cette formule au fort accent anglophone ? D’où vient-elle et pourquoi rencontre-t-elle un tel engouement ? Tour d’horizon d’un phénomène langagier récent.

L’origine de l’expression “fade up”

Avant de s’implanter dans le français, “fade up” puise ses racines outre-Atlantique. Examinons ses sources anglo-saxonnes et comment elle a traversé l’océan pour s’inviter dans nos conversations.

Une expression anglaise

L’expression “fade up” est à l’origine une expression anglaise, plus précisément américaine. Elle signifie littéralement “monter le son” ou “augmenter progressivement le volume”. Dans le jargon musical, on parlera de “fade up” pour désigner une augmentation progressive de l’intensité sonore.

Popularisée par le titre de Zeg P, Hamza et SCH

Si cette expression anglophone a connu une popularité fulgurante depuis 2022, c’est en grande partie grâce au titre éponyme des rappeurs Zeg P, Hamza et SCH, sorti en juin 2022. Propulsé numéro 1 des charts pendant plusieurs semaines, le morceau “Fade up” a largement contribué à diffuser l’expression auprès du grand public, notamment chez les jeunes.

Les différentes significations de “fade up”

Alors que l’anglais “fade up” désigne une intensité sonore croissante, le sens a évolué une fois transplanté dans la langue de Molière. Voyons les acceptions principales de cette formule selon les contextes.

“J’en ai assez”, “j’en peux plus”

En français, “être fade up” ou “je suis fade up” peut tout d’abord vouloir dire “j’en ai assez”, “je n’en peux plus”, traduisant ainsi un agacement ou un épuisement profond. Exemple : “Je suis fade up de ce travail, je crois que je vais changer d’orientation professionnelle”.

“Je suis au bout du rouleau”, “je suis désabusé”

“Fade up” exprime également l’idée d’être las, au bout du rouleau, désabusé par quelque chose ou quelqu’un. Exemple : “A force de déceptions en amour, je suis complètement fade up”.

Une intensité qui monte (pour la musique)

Conservant son sens premier anglophone, “fade up” décrit parfois simplement une intensité sonore ou émotionnelle croissante, notamment dans le domaine de la musique. Exemple : “Sur ce morceau, la batterie fait un fade up progressif”.

L’utilisation de “fade up” dans le langage courant

Passée dans le langage courant, l’expression “fade up” s’est diffusée à la vitesse de l’éclair, en particulier chez certains publics. Analyse de ses contextes d’utilisation.

Chez les jeunes

L’expression “fade up” s’est rapidement répandue dans le langage courant, notamment chez les jeunes qui l’emploient pour signifier leur lassitude ou leur agacement. Sur les réseaux sociaux, il n’est pas rare de lire des commentaires du type “Je suis trop fade up en ce moment”.

Dans le langage familier ou argotique

De par son côté anglophone, “fade up” relève principalement du langage familier, voire de l’argot. Il s’agit d’une expression très orale que l’on n’hésitera pas à employer à l’écrit sur un ton décontracté.

La popularité de l’expression depuis 2022

Apparue sur la scène linguistique française en 2022, “fade up” a connu une diffusion et un engouement immédiats. D’où provient ce succès soudain ? Petit retour sur cette rapide consécration.

Un succès lié à la chanson de Zeg P, Hamza et SCH

Comme nous l’avons déjà mentionné, la diffusion massive de “fade up” est largement liée à la chanson éponyme de Zeg P, Hamza et SCH, véritable tube de l’été 2022. Le clip cumule à ce jour plus de 30 millions de vues sur YouTube.

Un phénomène de mode ou un anglicisme durable ?

Reste à savoir si l’utilisation de “fade up” relève d’un simple phénomène de mode passager ou si cet anglicisme va véritablement s’implanter sur le long terme dans la langue française. Seul l’avenir nous le dira. Mais sa popularité immédiate peut laisser penser qu’il a de beaux jours devant lui.

Les réactions face à ce nouvel anglicisme

L’irruption de “fade up” dans le paysage linguistique français ne fait pas l’unanimité. Entre rejet et acceptation, analysons les différentes réactions à son encontre.

Les puristes de la langue française

Certains puristes ont vu d’un mauvais œil l’arrivée de “fade up” dans notre vocabulaire. Ils considèrent qu’il s’agit d’une nouvelle expression anglophone venant polluer la langue française, déjà bien fournie en synonymes pour traduire cette idée de lassitude.

Les défenseurs de l’évolution linguistique

A contrario, d’autres estiment que “fade up” vient enrichir la langue et traduit justement une émotion particulière difficile à rendre avec les seuls mots français. Ils rappellent que l’évolution d’une langue passe aussi par l’adoption d’expressions issues d’autres cultures, reflet de sociétés de plus en plus métissées.

Auteur

Articles Connexes

1 Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Gilles , 23 janvier 2024 @ 7h32

    Si jamais “fade up” n’a rien à voir. L’expression “j’en ai assez” ou “j’en peux plus” en anglais s’écrit “fed up” et se pronounce fai-eup et pas fay-deup… Donc si la chanson est vraiment basée sur cette expression, c’est un fail total…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *